mardi 4 novembre 2014

Barrage du Pissot (Pays d'Enhaut)

Ce joli été indien qui nous a été fourni durant ces vacances de la Toussaint était l'occasion rêvée d'allé dire bonjour une dernière fois à une position "d'altitude", les pieds bien au sec, juste avant l'arrivée de la neige.  C'est le Barrage du Pissot (à ne pas confondre avec le Bac du Pessot à Broc) que j'ai décidé de visiter. Avec ces 3 uniques positions, ce barrage change un peu de mes dossiers actuels (toujours en cours) de lignées d'ouvrages s'étendant sur plusieurs kilomètres ;-). Oui, cela fait bizarre de "boucler" un secteur en une journée (quoique, vous le verrez, il manque un élément à la liste des présences)   


Petite orientation. 






Le barrage du Pissot se trouve sur la route qui mène à l'Etivaz: une fois quitté Le Moulin, on se trouve rapidement sur une route à flanc de falaise. Elle surplombe les Gorges de Pissot et c'est à cet endroit  que la 1ère Division  met en place le Barrage du Pissot. 

Cette zone escarpée permet de bloquer l'axe Château d'Oex-Les Mosses de manière aisée et avec peu de moyens. 

On retrouve dans cette zone: les éléments suivant: 

  • l'ouvrage d'infanterie A1677
  • l'ouvrage d'infanterie A1678 
  • l'ouvrage d'infanterie A1679 
  • 2 Omis 
  • Barricade antichar (disparue)


A1677
Ce fortin d'infanterie sous roc se trouve judicieusement positionné sur le versant opposé à celui qui héberge les A1678 et A1679 (accolé à la route cantonale). Il a triple casquette: 

  • Il assure bien évidement la défense par couverture des 2 ouvrages se trouvant face à lui, il fait donc office de contre ouvrage. 
  • Il permet également de combattre l'assaillant sur le versant adverse et avec un rayon d'action relativement large, notamment les angles morts des ouvrages sus-mentionnés. 
  • Sa position supérieur lui permet d'observer tout les mouvement depuis l'introduction des Gorges du Pissot jusqu'à l'Etivaz. 

Il est intéressant d'observer que le A1677 est divisé en deux ouvrages clairement distincts. Nous avons donc ici 2 entrées séparées  et 2 galeries non communiquantes regroupées sous le même numéro d'ouvrage. Comment est-ce possible? Pour atteindre la seconde galerie il fallait passé par une petite terrasse accessible uniquement par l'embrasure canon de la 1ère galerie. Ces 2 galeries (comme la plupart des ouvrages) sont différenciées par des noms de code.



Une vue imprenable sur la route menant à l'Etivaz 


Marie: 
Initialement prévu avec 3 bloc de combat, "Marie" ne verra finalement le jour qu'avec 2 blocs de combat. Une section de galerie et un bloc de combat devant couvrir plein Nord ne seront donc finalement pas érigés.
Cet ouvrage était capable d'accueillir 20 hommes servant 2 canon 4,7cm (modifié dans les années 50 en 9cm) et 3 postes obs/FM.
En outres les blocs de combat, on retrouve les bases des ouvrages de combats: un local ventilation, un espace de vie pour 20 personnes, un réservoir, mais pas de WC.

L'entrée de l'ouvrage et une 1ère position canon se trouvent derrière ce camouflage
Secteur de Feu: A1679 


à droite se trouve l'embrasure FM/Obs 




Seconde position orientée en direction de A1678...

...équipée également d'une position canon et FM/Obs


Muguet:
Cette annexe du A1677 renferme une position surélevée de 20m par rapport aux positions de "Marie". il était possible de rentrée dans l'ouvrage via une terrasse accessible depuis l'une des embrasures canon de "Marie" et d'atteindre le bloc de combat par une série d'échelles. Il était tout de même possible d'y entrer également depuis le bloc de combat. la sortie de secours étant également muni d'un bloc cylindre ouvrable de l'extérieur, chose très rare. Si cette position ressemble d'extérieur beaucoup aux sorties de secours des ouvrages de la lignée de la Brâ, l'intérieur est bien différent.

Le bloc de combat se résume à une vigie à 360°. Les 2 embrasures principales donnent en direction des ouvrages se trouvant sur le versant opposé. Elles étaient prévues pour accueillir 2 Mitr. Les 3 autres embrasures (opposées aux mitr) assurent les arrières avec les FM. Elles couvrent la pente de l'alpage dans lequel la position est implanté et défend une route forestière toute proche. A noter que les bacs de refroidissement Mitr ne sont pas alimentés par l'ouvrage, mais l'eau est pompée depuis le réservoir de "Marie"


L'une des entrée de "Muguet"








L'intérieur du bloc de combat vu par les embrasures Fm


OMI: 
La route forestière en question était minée. Ce minage se trouvais à environs 200m de l'ouvrage.

(les images viendront compléter l'article sous peu) 


A1678 

On retourne maintenant sur le versant opposé pour revenir sur la route cantonale.  C'est à la hauteur de cette petite aire de repos que l'on peut d'une part, contempler la splendide parois rocheuse qui nous fait face sur le versant opposé, mais c'est aussi ici, droit en face de nous, juste de l'autre coté de la route, contre la parois rocheuse que se trouve l'entrée de cet ouvrage d'infanterie également creusée sans la roche.

Le bloc de combat principal
On retrouve ici, à la hauteur de la route: 2 canons d'infanterie, 2 position FM, 1 position Mitr et 2 créneaux pour fusil d'assaut. La mission de cet ouvrage était de bloquer de front l'arrivée de l'ennemi, tout en ayant le flanquement assuré par A1677. A noter que la position Mitr couvre le versant opposé, le secteur A1677 plus précisément. 

L'entrée de l'ouvrage, à gauche. Une position canon à droite, défendant la route de tout
arrivée venant de Château d'Oex

 Au dos de la position canon/Obs Fm, on retrouve une position Mitr, faisant face à A1677

La galerie menant à la seconde position canon est équipée de meurtrières de grenadier

La seconde position Canon/Obs FM


... et son secteur de feu 


A1679

Cet ouvrage, qui bénéficie également de la protection de la falaise, est le plus petit du trio. Il renferme 1 canon, une position mitr et une embrasure Fm/Obs. La mission de A1678 est identique  à celle de son confrère A1679.  La position mitr pointe en direction du A1677 également. La position du canon se trouvant dans l'axe pur et dur de la route (grâce à l'implantation de bloc de combat dans un virage) confère à cet ouvrage une défense très agressive. A noter que cette ouvrage ne s'est pas vu recevoir  par la suite un canon 9cm. 



Retrouvez sur LIGNEMAGINOT.COM ce qui se trouve derrière cette porte (Partie 1) (Partie 2)



tout comme A1678, la galerie est équipé d'une meurtrière grenadier (à droite)
et d'une position Mitr (faisant toujours face au A1677) 


La position Canon  / Obs Fm (cette dernière est maintenant murée.)



OMI

L'originalité de cette position réside sur le faite que la portion de route collée à l'ouvrage A1679 était minée entre l'entrée de l'ouvrage et la position Canon. Un Omi collé à un ouvrage n'est absolument pas courant. Ce qui l'est un peu plus, c'est de retrouver le boitier d'allumage de l'OMI dans le fortin même. On retrouve ce type d'allumage interne à la Villa Rose de Promenthouse et également à Aubonne.

Une barricade antichar était également positionnée à cet endroit histoire de barrer la route et de ne pas détruire prématurément la chaussée. 

Le minage était permanent, il était assuré par 6 chambres de minage se trouvant sous la route, les entrées se faisant en contre bas du soutènement de la route. 





Ce barrage arbore encore l'ensemble des camouflages d'origine et tout cela est toujours en bel état. A1678 et A1679 coulent maintenant des jours heureux en servant d'entrepôt aux propriétaires qui ont racheter les lieux. 



2 commentaires:

  1. magnifique reportage qui me rappelle d'excellents souvenirs de différentes époques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé, tu m'étonnes Libero. Merci à toi :-). Salutations!!

      Supprimer