mardi 16 juillet 2019

Panex - Chesières - Gryon






Dans la continuité de la ligne de défense Leysin-Corbeyrier, Les Barrages de Panex, Chesières et Gryon  viennent consolider les derniers remparts des avant-postes du Réduit National,  physiquement délimité par les premières défenses alpines du secteur, les Dents De Morcles, et leurs ouvrages associés: Savatan et Dailly, par définition les Barrage de Panex/Chesières/Gryon remplissent les mêmes mission que leur confrère de La Comballaz, du Corbeyriez, Vuargny, Pierre du Moëlle et Col du Pillons. 



L'implantation de ces 3 barrages  viennent défendre et barrer les 3 ultimes axes permettant de détourner le défilé de St-Maurice par le Nord respectivement les points d'accès menant de la vallée du Rhône à Panex, Chesières et Gryon. 








Panex se trouve encerclé de 4 ouvrages d'infanterie  implantés dans chacune des extrémités du village. On sent ici la même philosophie de construction que les barrages voisins  gérés par la Brigade de Forteresse 10. De Panex, les   observateurs les plus aguerris peuvent également deviner  des ouvrages de Barrages voisins tel que A346 de Prafandaz. A noté qu'ici, à Panex, aucun ouvrage n'a de mission de conte-ouvrage. 




A310 est le premier ouvrage prêt à accueillir l'envahisseur en provenance de la plaine. Avant cela, ce dernier aura du reconstruire un tronçon de route démolie par un OMI  à 2km en aval de cette position. Conçu pour accueillir une mitr et son observateur (il est maintenant vidé). L'ouvrage est positionné en bout de ligne droite, permettant de mettre en joue l'assaillant dès sa sortie de virage, 300m. en aval. Malgré son modeste armement. Cette ouvrage camouflé en petite grange permettait  un bon travail de ralentissement. 











A la sortie du village de Panex, le second ouvrage du secteur  est A307. Il s'avère être le même ouvrage que A310. Par conséquent il renfermait le même armement. Implanté en surplomb d'une croisée, il continue d'une part la mission de ralentissement et de défense d'axe si A310 venait à céder. D'autre part, il aurait également pu veiller sur la route qui arrive de Huémoz.   










Se dressant comme une vigie, et par conséquent, ouvrage principal du secteur, A308 domine Panex. Il couvre ainsi l'ensemble du village, des axes qui y débouchent et de la Combe Robert. Si nous en savons très peu quand à l'armement qu'il renfermait (très probablement une position Mitr Double), son architecture relativement rare dans le secteur lui donne un certain cachet.  Nous somme heureux de voir que cet ouvrage, maintenant en main privé, à su garder ses lignes d'origine malgré l'ajout d'une structure actuelle. Bravo et merci :-). 














L'ultime ouvrage du secteur A309 a une zone de feu s'orientant résolument vers le village. Il est difficile de définir avec précision la raison de la présence ce cet ouvrage à cet endroit.  Conçu pour accueillir une Mitr (sur pivot) on peut observer que cet ouvrage n'est pas dans la même lignée qualitative que ses 3 autres confrères. Il se pourrait qu'il défendait un modeste chemin qui à l'époque reliait Panex à la route menant à Plambuit, cartographié jusque dans les années 70. Ceci reste un hypothèse. 








Nous nous déplaçons maintenant de 1.5km vers l'est pour rejoindre Chesières. Egalement connu sous le nom du Barrage de Huémoz, ce barrage remplit la même mission que son confrère de Panex, la défense de mouvement en provenance de la plaine. Mais ici, également en provenance de l'ouest, à savoir de Panex. Car comme évoqué plus haut, il est possible de rejoindre Huémoz depuis Panex sans l'ombre d'un problème. 



Dans le même esprit que A310, le A304 se trouve en bordure de route principale. Il attendait sagement que ses cibles débouchent dans sa ligne de tir, également en sortie de virage,  jusqu'à 300m en aval.   
Nous ne connaissons pas avec exactitude ce que renfermait cet ouvrage. Si il est évidant qu'une position mitr et son observateur faisait de toute façons parti de "l'équipement de base", nous ne mettons pas de coté le faite que cette ouvrage aurait également pu renfermer un un canon anti char. 
Notons au passage son camouflage en grange qui fait véritablement bien son travail. 










"Perdu" dans la pente, en pleine forêt et sans le moindre chemin d'accès. Ce fortin est une jolie perle dans son écrin.  Si un tel ouvrage camouflé peut vous surprendre en vue de son implantation, c'est que lors de sa construction, cet ouvrage mitr. se trouvait en lisière de foret et défendait le croisement de Pra Sautier. Il pouvait donc être visible de très loin. 

A305 est la réplique exacte de A300, présent dans le secteur de Gryon, présenté plus bas. 






Finalement, vu d'en bas, derrière son camouflage balcon  le fronton
 n'est pas plus épais ici que sur les autre ouvrages, néanmoins le fait  de  pouvoir
l'observer depuis ce puis de vue en hauteur, on s'aperçoit que oui, c'est résolument épais ;-)




L'ouvrage A306 se trouve sur une petite butte dans le secteur des Ecovets, à l'ouest de Chesières.  2 bunkers reliés entre eux constituent l'ouvrage. Chacun des blocs permettent de défendre un versant de la Butte. 

Bloc A:


C'est par le Bloc A qu'il est possible de rentrer dans l'ouvrage. Ce bloc renferme également une position Mitr qui permet de défendre la pente Nord de la butte et son chemin présent au pied de se versant. De la défense rapproché de l'entrée il est également possible d'observer 2 trappes. En toute logique, l'une débouche  sur un lieu de vie, la seconde par en direction du bloc B. 





Bloc B:


Ce second bloc abritant 2 positions mitr. défend le versant sud de la butte et sa crête. Le champ de tir de la première position  couvre la route des Ecovets se trouvant au pied d'une longue pente herbeuse. La seconde position défend la crête de la butte et un chemin se trouvant à son pied, elle s'oriente donc en direction de l'ouest.  















Du sommet de l'ouvrage, il nous est encore possible d'observer 2 solitaires (position pour tireur extérieur), une cheminé (ou conduit d'aération) et un petit baraquement militaire.






Collé à la parcelle de l'ouvrage, On peut également y voir des ruines d'une ancienne construction, si celle-ci a retenu notre attention, mais il n'a aucun lien avec l'ouvrage. Il s'agit en fait d'une ancienne ferme (ou alpage) dont on devine encore aujourd'hui les fondations (et son réservoirs). 










Dernière étape de notre reportage, Gryon. C'est dans la petite station vaudoise que l'on retrouve les 4 ultimes bunkers de la série. Leurs missions ne déroge pas la règle du secteur, veiller et défendre les axes a l'aide d'une position mitr. 



Il s'avère que l'ouvrage A303 est une extension artificielle du quai de la gare de Gryon et un joli renforcement de terrain. C'est d'ailleurs une jolie petite terrasse panoramique ;-). A 303 assure la défense de la route principale qui se trouve 70m en contre-bas. La position mitr qu'elle renferme aurait filtrer les remontées ennemies venant de la plaine. A noter que quelques km plus bas, l'OMI du Fenalet aura déjà permet de freiner  la moindre avancée.













Haaa, les "Renards", La mythique Freeride VTT miné de ses légendaires chablis et innombrables variantes...  qui ne la pas faite au moins une fois dans sa vie de rider punk??  Oups, serais-je en train de m'égarer? Peut-être pas temps que ça en fait ;-). 
On se retrouve ici sur le plateau du Plan Sepey, A302 est là, bien présent et même pas camouflé prêt à barrer chemin à tout intrus remontant le secteur depuis Le Lovaret, La Cula et pourquoi pas depuis les Salines de Bex. J'ai descendu et arpenté ces pentes pendant des années avec toujours le même point de départ... le Plan Seppey, je n'ai jamais calculer la présence de cet ouvrage qui est pourtant bien visible depuis le départ des "Renards".












Implanté à 300m de A302, A301 se veut très discret, l'intégration de l'ouvrage dans une parcelle privée accentue dorénavant ce facteur. De même gabarit que A302, il intégrait également une position mitr. Celle-ci pointait en direction du plateau des Léderreys. 








 

Cet ouvrage fait parti de ceux ma ToDolist, noyé au millieu des Ouvrages de Grands Cols, de zone tactique ou des esthétique remarquable. A300 m'a d'entré tapé à l'oeil sur plusieurs points: 
1, Architecture: c'est un ouvrage qui résume à merveille le type de construction de la région d'Ollon. 
2, Camouflage: Le trompe l'oeil est quand à lui également d'un niveau remarquable. 
3, Intégration: Autrefois quelques peu noyé au milieu des sapins et des rares chalets voisins de la stations de Gryon. Cette petite perle à toujours été très discrète, j'ai pu clairement le repérer il n'y a finalement pas si longtemps. Ce bunker s'est toujours bien intégré au paysage et à son environnement. De plus le faux est allé loin jusqu'à retrouver des bancs de pierres dans la parcelle de l'ouvrage afin de dérouter les touristes les plus curieux. 



Voulez-vous que je vous dise? Si tout ce que je viens de vous dire est véridique et bien réel ... il est également autant faux et que souvenir. Difficile de me suivre? Vous allez vite me comprendre: Il s'avère  que depuis 3 ans cet ouvrage est devenu très compliqué à le repérer sur carte au point qu'il a complètement disparu. J'ai encore  en tête ce sujet sur la RTS qui traiter des anciens bunkers et ces anciens qui venaient encore ici pour parler de ces souvenirs, interviewer devant l'ouvrage... et ça c'était avant. 

Quelques mois avant mes prises de vues sur le terrains, je traite le dossier, tranquillement devant mon ordinateur. Les lieux sont repérés, point par point, tout est parfait, arrive le A300, cet ouvrage mitr finalement implanté au centre de la station et qui permettait historiquement de défendre l'axe Berboleusaz - Saussouye, je ne le retrouve plus. Nous n'aurons plus à le chercher. Lors de la mise en place d'une piste de liaison de ski, amenant les skieurs à la TC de  Barboleuse, L'ouvrage disparaitra en même temps. Triste fin pour un ouvrage qui aurait  pu être sauvé  pour  "si peu". 

Sur les lieux, le banc de pierre est toujours là, les fondations de l'ouvrage dont on devine encore la base des embrasures sous le volet de camouflage sont eux, toujours également en place. On comprend donc que la fondation de l'ouvrage (et son sous-sol) aura servi à stabiliser le virage. seul la une partie supérieur aura été supprimé. 










Photo montage:  à l'époque le mur de droite n'existait pas, l'ouvrage été entouré
d'arbre comme il est visible sur la première image.
 


Photomontage: le cadre était idyllique... Mais ça, c'était avant!




Superposition: Détails des camouflages et structures 


Les 2 embrasures sont toujours intacte et à leur places. 





C'est sur cette pointe de nostalgie que le dossier au sujet des barrages de Panex, Chesières et Gryon se referme. Il étonnant au passage d'observer qu'aucun de ces ouvrages ne comportent ou ont un rôle de contre-ouvrage, je n'ai pas pu observer la présence de barricade ou de barrage antichar. Ce n'est pas ici qu'on devait attendre la déferlante, de toute évidence ;-).